La planète a gagné plus de 1°C depuis le milieu du XIXe siècle, provoquant déjà une multiplication d'événements météo extrêmes à travers le monde. Une équipe internationale de scientifiques a voulu déterminer quelle part de ce réchauffement est provoquée directement par les émissions de gaz à effet de serre liées aux activités humaines, et quelle part est liée aux "forçages naturels".

Lire la suite (réservé aux abonnés)