Depuis plusieurs années, les activités humaines sont suspectées avoir un rôle dans l’augmentation de ces phénomènes pluvieux extrêmes. Une équipe de chercheurs de l’Université de Californie, à Los Angeles, vient d’en apporter la preuve dans Nature Communications.

Lire la suite (réservé aux abonnés)