Depuis le 8 avril 2009, le Fonds national de garantie des calamités agricoles (FNGCA) ne couvre plus les calamités liées aux grandes cultures. C'est un élément nouveau auquel doivent faire face les agriculteurs, car certains risques ne sont plus assurés. Les pouvoirs publics orientent ainsi la couverture des aléas climatiques vers les assureurs.

Lire la suite (réservé aux abonnés)