Longtemps considéré comme la prérogative de l’État et des services spécialisés, la gestion de crise s’est élargie depuis une vingtaine d’années. La notion s’est étendue à la sauvegarde qui ne se substitue pas au secours, mais le complète ou l’anticipe.

Lire la suite (réservé aux abonnés)