Être alerté quelques secondes avant que le sol ne tremble : c'est l'objectif des systèmes d'alerte sismique dits "précoces", très utilisés dans les zones à risque élevé, comme par exemple le Japon.  Le BRGM a conduit une étude franco-espagnole sur leur intérêt pour les Pyrénées, et pose pour la première fois la question de la faisabilité de la transposition des outils japonais pour des régions à sismicité modérée.

Lire la suite (réservé aux abonnés)