Le Togo et la Banque Mondiale procèdent cette semaine à Kara (Nord Togo) à l’actualisation des outils du Projet de gestion intégrée des catastrophes et des terres (PGICT). Ce dispositif en partie financé par la BM a pour objectif de renforcer les capacités institutionnelles pour la gestion des risques d’inondations et de dégradation des sols dans les zones rurales et urbaines.

Lire la suite (réservé aux abonnés)