Une nouvelle approche du phénomène des glissements de terrain est amorcée à Constantine. La finalité est d’en établir une cartographie, appuyée par une banque de données. Il y a 12 ans, les conclusions de l’étude menée sur l’instabilité du sol par le bureau français Simecsol, devenu depuis Arcadis, ont activé le relogement de plusieurs dizaines de milliers de personnes occupant des zones à risque.

Lire la suite (réservé aux abonnés)